Au-delà de l’histoire (1)

Cette nouvelle nous présente une « leçon » d’amitié, un mauvais exemple d’amitié, un visage terne et pâle d’une relation entre deux « amis » si l’on ose dire. Un homme qui a trahi son ami. Joël Cambus est un mauvais exemple d’un ami. JoËL qUI a « tué » son ami Jules Montblanc…

Pour celà, on doit donner le vrai sens de l’amitié à travers cette recherche:

1- L’amitié:

L’amitié est une inclination réciproque entre deux personnes (ou plus) n’appartenant pas à la même famille, parfois c’est une amitié de groupe.

Le meilleur ami est, comme son nom l’indique, l’ami d’une personne avec qui elle a tissé des liens privilégiés qui surpassent les liens qui l’unissent aux autres personnes. L’amitié en son état pur est inconditionnelle, c’est-à-dire que de vrais amis ne se jugent pas, et ne tiennent pas compte du temps qui passe. Ainsi l’amitié dépasse-t-elle les valeurs individuelles et temporelles, elle est un état d’esprit, un lien particulier qui unit deux êtres.

Pour Aristote, la seule véritable amitié est l’amitié vertueuse. Cette dernière est recherchée par tout homme, même si tout homme ne la rencontre pas nécessairement. Elle peut naître entre deux individus d’« égale vertu » selon le philosophe et se distingue de l’amour en cela que l’amour crée une dépendance entre les individus. Toujours selon Aristote, l’ami vertueux (« véritable ») est le seul qui permet à un homme de progresser car l’ami vertueux est en réalité le miroir dans lequel il est possible de se voir tel que l’on est. Cette situation idéale permet alors aux amis de voir leur vertu progresser, leur donnant ainsi accès au bonheur, notion évoquée dans le dernier livre de l’Éthique à Nicomaque et qui est, pour Aristote, la plus importante.

Aristote pose ainsi l’amitié (véritable) comme pré-requis indispensable pour accéder au bonheur.

La relation d’amitié est aujourd’hui généralement définie comme une sympathie durable entre deux personnes. Elle naîtrait notamment de la découverte d’affinités ou de points communs : plus les centres d’intérêts communs sont nombreux, plus l’amitié a de chances de devenir forte. Elle implique souvent un partage de valeurs morales communes.

Une relation d’amitié peut prendre différentes formes ; de l’entraide, l’écoute réciproque, à l’échange de conseils, au soutien, en passant par le partage de loisirs.

  • « [...] L’amour fait communiquer et unit ce qui sinon ne se rencontrerait jamais; la communication fait aimer ce qui sinon ne se rencontrerait jamais » Edgar Morin, dans le tome 1 de « La méthode » (la nature de la nature, 1977), page 256 (Le Seuil, Nouvelle édition, coll. Points 1981)

 



1 commentaire

  1. marwa jraidi 15 janvier

    cé très b1

Laisser un commentaire

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog du niveau intermédiaire
| paroisdedouche
| Gregmontres